Grossesse

Mon accouchement parfait

Je ne le sais pas encore mais dans 61h mon accouchement parfait aura eu lieu. Je pourrais enfin tenir mon fils dans mes bras.

Il est 13h nous sommes un lundi et j’arrive à la maternité afin d’enregistrer mon admission. Ce matin lors de mon hospitalisation de jour hebdomadaire pour surveiller ma pré-éclampsie et au vu des résultats, mon médecin à décidé de m’hospitaliser. Après une surveillance de 24h, mon accouchement sera déclenché.

Nous sommes mardi après-midi mes derniers résultats d’analyse ne sont pas bons. On vient m’annoncer que je serai bien déclenché demain matin. Un examen du col sera fait d’ici ce soir pour que l’équipe médicale décide par quel moyen je vais être déclenché.

Juste avant que mon mari ne parte, une sage femme vient me dire qu’au vu de mon col qui est fermé à clé, demain il me sera posé une sorte de tampon imprégniez d’une substance proche des prostaglandines. Il s’agit d’une hormone qui assouplit et favorise la dilatation du col. Rendez-vous donc demain matin !

Nous sommes mercredi il est environ 9h et la sage femme vient de me poser le tampon Propess, il n’y a plus qu’à attendre que le produit fasse effet. Mon mari arrive peu de temps après, l’attente débute!

La matinée passe assez vite mais je ne ressens aucune douleur rien. On nous sert donc le déjeuner (enfin mon homme va se chercher un sandwich) moi je vais déguster entre autre du choux rouge. Si c’est important vous verrez pour plus tard…

Puis vers 13h je commence à avoir envie d’aller à selle, mais une fois sur le trône rien. N’étant pas experte et ne voulant pas déranger les sages femmes, j’envoie un message à ma petite Sœur. Elle à déjà accouché deux fois. Je lui dit donc que j’ai comme envie de faire popo et lui demande si c’est normal? Elle me répond que oui que ce n’est rien. Je retourne quand même deux trois fois aux toilettes toujours rien et la douleur et également toujours présente.

Je fini donc par demander à une sage femme si c’est normal. Elle me pose donc un monitoring pour vérifier. Me voila entrée en travail. Et je ne sais pas si c’est le fait de savoir que les petites douleurs et bien en faites ce sont des contractions. Après cela ces dernières ont étés beaucoup plus douloureuses.

Les heures suivantes sont à ce moment précis affreuses. La douleur des contractions est terrible mais »supportable » dans le sens ou la contraction en elle même ne dure pas longtemps. Ce qui a été le plus dure pour moi c’est la répétition incessante des contractions. Parfois je n’avais même pas 1 seconde entre deux contractions. Et mon homme qui en regardant le monitoring me disait « y en a une qui arrive » ou « Oulala celle la est montée haut elle a dû te faire mal ». Je rageais.

Après plusieurs heures de souffrance et un contrôle du col, pour m’aider à supporter la douleur on me propose de prendre une douche. Mon homme tiendra la pomme de douche pour moi pendant 1h. La sensation de chaleur que procure l’eau me permets de penser à autre chose. Les contractions sont à ce moment légèrement plus supportables.

Quand la sage femme me propose de sortir de la douche pour me mettre sur un ballon j’ai presque pété un plomb. Je souffrais et il était hors de question de continuer à souffrir ainsi. Je lui dit que ce n’est pas possible que j’ai trop mal et qu’ils n’ont qu’à me faire une césarienne.

Afin de me calmer un peu, on me fait de nouveau un monitoring. Pendant une heure je souffre sur le lit car je ne pouvais pas bouger sous monitoring, je ne pouvais pas essayer de soulager mes contractions. A ce moment on constate qu’il y a un problème avec le bébé, il souffre aussi lors des contractions. Mon col n’est alors qu’à 4cm mais on me descend en salle d’accouchement.

C’est à ce moment que se rappeler de mon repas est important, car les contractions me fond vomir sur la table d’accouchement. La sage femme prend peur en voyant que je vomi du sang. Sauf que très vite je lui dis que j’ai mangeais du choux rouge à midi. Nous voici rassurés.  Après 1h/1h30 d’attente, une éternité, ma péridurale est enfin posée. Je peux vous dire que c’est super difficile de rester sans bouger le dos rond pendant une contraction. Mais une fois posée, quel soulagement, je peux me reposer un peu avant l’effort final. Et dire enfin bonjour à la sage femme. Les douleurs ont complètement disparues pour laisser place à une gêne lors des contractions mais complément indolore pour moi.

Pour le coup le temps passe très vite. Il est déjà l’heure pour moi de pousser. A ce moment là tout va très vite. Je pousse une première fois, la sage femme me félicite me dit de refaire la même chose. La seconde poussée est moins efficace. Je le sens en poussant que ce n’est pas de la bonne façon. Je reprends donc mon souffle et pousse une troisième et dernière fois.

Nous comprenons alors pourquoi mon fils souffrais pendant les contractions. Il a le cordon autour du cou. Mon homme ne pourra donc pas couper ce dernier. Mais mon fils est très vite libéré et posé sur ma poitrine. Il va bien. Je suis heureuse, comblée.

Ma plus grande peur est l’échange de bébé, je dis donc à mon homme « suit le bébé, suit le bébé ». A mon plus grand soulagement l’examen de mon fils est fait dans la salle d’accouchement. Une fois que le pédiatre nous confirme que mon fils va bien. Ce chanceux aura un moment de peau-à-peau avec son papa. Pendant ce temps là, la sage femme me pose quelques points dans le vagin (ce n’est pas une épisiotomie, ici j’aurai moins de problèmes post accouchement que lors d’une épisiotomie).

Mon accouchement parfait prend fin et je suis heureuse.

Laisser un commentaire