Parents

Le début de ma vie de maman

Mon fils vient d’être posé sur ma poitrine il est 1h50, on est en Octobre 2012. Le début de ma vie de maman peut enfin commencer !

Je viens de devenir maman il y a un peux plus de 4h. Après la surveillance post accouchement par voie basse, je suis ramenée dans ma chambre. Mon Homme rentre se reposer un peu de cette nuit magique avant de revenir s’occuper de nous.

Je suis fatiguée mais je ne peux m’empêcher d’admirer ce petit être parfait. J’ai tout vérifié, nombre de doigts, orteils, bras et jambes. Mon fils est parfait et magnifique avec ses cheveux noirs.

Le début de ma vie de maman, me voici avec mon bébé dans ma chambre à la maternité. Je reçois rapidement les consignes des sages femmes. Une feuille à remplir toutes les trois heures maximum avec heures de biberons et le change (urines et selles).

J’ai prévu d’allaiter mon fils. Mes débuts sont chaotiques mais comme beaucoup de maman je pense. Les sages femmes viennent m’aider à mettre mon fils au sein. Il a dû mal à s’y mettre, ne tète pas beaucoup et les crevasses font vites leurs apparitions.

Je suis surveiller pour l’allaitement, je dois réveiller mon bébé toutes les 3h, pour lui donner le sein en le stimulant. Ça me brise le cœur de le réveiller, mais je n’ai pas le choix. Les sages femmes le déshabille s’il dort.

Pour le reste, le bain et changer les couches c’est « finger in the nose ». Mais l’alimentation ce n’est pas ça du tout, mon bébé ne prend pas bien le sein, afin de l’aider une sage femme nous conseil de mettre un bout de sein. Cela facilitera le passage au biberon mais je pense que c’est ça qui ralentira fortement ma montée de lait. Nous y passons le jour même.

Les nuits sont difficiles. Quand mon fils ne dort pas, il pleur et les sages femmes me disent qu’elles ne peuvent pas m’aider. « Si vous la maman vous n’arrivez pas à le calmer, on y arrivera pas non plus ». Voici les réponses que j’ai lorsque je demande de l’aide la nuit. Et le pire c’est que lorsqu’il dort paisiblement, elles le réveil pour qu’il tète. C’est très difficile pour moi!

Je me sent complètement perdu, je pleurs aussi.

Je me prends un coup de massue quand après 4 jours de vie ont m’annonce que mon fils un Ictère (la jaunisse). Il passe les 3 jours suivants sous lampes en néonatalogie. Je vais donc toutes les 3h le nourrir et passer du temps avec lui. Je n’arrive pas pour autant à me reposer.

J’ai hâte de rentrer chez moi, que l’on se retrouve enfin tous les trois et uniquement à trois.

Mon fils revient enfin dans la chambre, je le regarde de nouveau sous toutes les coutures. Il est toujours aussi beau. Il sera contrôlé toute la journée et si tout va bien on rentre demain après un séjour de 8 longs jours à la maternité.

Je ne pensais pas que le début de ma vie de maman serai si difficile.

De retour à la maison l’allaitement se passe mieux. J’ai finalement opté pour le tire lait et nous donnons à tour de rôle (jours et nuits) le biberon. Mais malgré la présence de mon homme et son aide, nous nous disputons beaucoup trop souvent à mon goût. De plus je trouve les journées longues à la maison. De plus mon fils a des problèmes de régurgitation et de reflux. Avant que le médecin pose ce diagnostique mon fils avait de grosses crises de pleurs. Il était inconsolable. Et mon égaux de maman en a pris un coup. Je le promenais pour qu’il arrive à s’endormir tout les jours.

Une fois le diagnostique posé et le traitement commencé, ça a été beaucoup mieux. Sauf le couple, j’avais l’impression de tout faire à la maison. Je sais que j’ai tord mais c’est ce que je ressentais. Et parfois c’est ce que je ressent à nouveaux depuis l’arrivée de mon duo.

Il est difficile de trouver sa place lorsque la vie de famille est chamboulée. Je me retrouve à la maison, moi qui adore travailler, avoir une vie en dehors de la maison. J’ai l’impression que c’est mon devoir de femme, de mère de gérer la maison. Et d’un autre coté je ne vois pas pourquoi monsieur ne le ferai pas non plus. Je le rassure, il m’aide beaucoup mais je ne sais pas pourquoi j’ai mes moments de crises…

Bref une fois que je suis retournée au travail nous avons encore eu 6 mois compliqués. Le temps de tout mettre en place. Que chacun trouve sa place dans une famille à trois (puis à 5 maintenant).

Après une bonne discussion mais aussi le fait que notre fils grandisse les choses sont allées mieux. Passé la première année, je trouve qu’être parents est plus facile. On en reparle à l’adolescence me direz-vous !

Passé 1 an l’enfant comprend mieux ce qu’on lui dit, il est plus autonome, on peut discuter avec lui, faire plus de choses. Nous avons passé les 3 années suivantes au top, évidemment il y a des hauts et des bas, en tant que parents et dans le couple. Mais rien d’insurmontable.

Alors quand 4 ans après nous sommes retournés dans les couches et les nuits fortement écourtés et cela multiplié par deux. Je me suis demandé ce qui nous est passé par la tête pour avoir voulu recommencer. Et aussi pourquoi le seigneur, le destin, la nature ou  je ne sais quoi d’autre nous à offert si gentillement deux bébés en même temps ?

Laisser un commentaire